Crème solaire bio, selon LAVERA.

Quels sont les changements 2009 de la protection solaire lavera ?

L’année dernière déjà, nous avons adapté nos produits de protection solaire à la nouvelle ligne directrice Colipa** (tauxd’absorption des rayons UVA:UVB recommandé de 1:3). Tous les instituts de tests en Europe n’ont pas confirmé les valeurs positives déterminées par un institut de tests indépendant. Les communiqués de presse divergents ont déconcerté les consommateurs. Afin que tous les instituts de tests nous attribuent la valeur du ratio Colipa, nous avons modifié et baissé l’indice de protection solaire en conséquence. Nous voulons à tout prix empêcher que les consommateurs soient déconcertés en raison des éventuelles annonces de tests négatifs et nous voulons surtout être inattaquables au monde entier. Cette mesure n’a pas été facile pour nous, mais elle sert justement à se concentrer sur les messages vraiment importants qui doivent être discutés en public :
lavera Sun sensitiv est l’alternative naturelle et, tenant compte de la peau sensible des personnes, la mieux adaptée aux consommateurs pour se protéger des rayons solaires UV. Conformément à la nouvelle recommandation de la commission européenne, lavera propose une protection solaire minérale avec les indices 10 à 20 et atteint ainsi une protection de la peaud’environ 95%, selon les études effectuées.

Pourquoi y a-t-il souvent des discussions sur les ingrédients chimiques des produits de protection  solaire ?

Les indices de protection solaire chimique font augmenter la chaleur sur la peau Les indices de protection solaire chimiques sont composés de molécules qui se répandent environ 20 minutes après que la protection solaire ait été appliquée. Les molécules réagissent aux rayons UV et les transforment en énergie thermique. Ainsi, la température sur la peau augmente encore davantage.
En combinaison avec les ingrédients synthétiques, tels que parfums ou conservateurs, le risque de réactions allergiques est donc plus élevé, notamment pour la peau sensible3.


Les indices de protection solaire synthétiques pénètrent dans l’organisme humain   et  agissent
sur les hormones.

Il est prouvé que certains indices de protection solaire synthétiques (oxybenzone, octyle méthoxy cinnamate, phenylbezimidazole) ont une influence hormonale négative sur l’organisme humain. Dans le cadre de deux études de longue durée, le Dr. Schlumpf de l’Université de Zurich a prouvé qu’en raison de leur constitution, les indices de protection solaire synthétiques sont en mesure de s’arrimer aux cellules comme les hormones de la croissance, et ce notamment pendant les phases liées à la croissance – à savoir chez les enfants et les femmes enceintes. ** L’étude de longue durée « Les substances étrangères agissant sur les hormones n’ont pas à se trouver dans le lait maternel »***,
Bulletin d’information Cosmétiques naturels Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser au département de la presse de laverana. Votre Sabine Kästner, responsable des relations publiques Adresse : laverana GmbH, Am Weingarten 4, 30974 Wennigsen HRB 101818, AG Wennigsen Contacts : Presse et relations publiques 05103-939125, fax : 05103-9391942, presse@lavera.de Page 4 publiée en 2008, confirme que certains indices de protection solaire synthétiques peuvent pénétrer dans l’organisme humain. L’étude actuelle du Dr. Schlumpf a en outre montré qu’il est possible de prouver la présence des indices de protection solaire agissant sur les hormones dans le lait maternel. Pour de plus amples informations sur les produits, veuillez consulter les fiches des produits Indications des sources : ² seuls pour quelques shampooings de Hair et basis sensitiv, nous accordons la priorité à l’efficacité des produits, nous faisons donc un compromis et nous utilisons p. ex. du panthénol, *bioVista, période d’observation de janvier à décembre 2008, **Dr, Schlumpf, Cosmétiques 2003, ***Dr. Schlumpf, Les substances étrangères agissant sur les hormones n’ont pas à se trouver dans le lait maternel, **** ligne directrice
Colipa 2007, ³ voir magazine ÖKO-TEST juillet 2008

lavera-sun-1
lavera-sun-2
lavera-sun-3
lavera-sun-4
lavera-sun-6lavera-sun-5